introduction Le chateau Il Castello Das Schloss The Castle Het Kasteel El Castillo Landwirtschaftsschule Boerderij-School Fattoria-scuola Granja-Escuela Ferme-ecole Agricultural college Las Caballerias De Paardenfokkerij Gli Haras Le haras The Stud Das Gestüt Videos des chevaux Historique du parc Storia del Parco Het Park Historia del Parque Historic of the park Geschichte des Parks Empfänger Appaltatori prestatarios Contractanten Contractors Prestataires Tariffe Tarieven Tarifas Tarife Prices Liens

Sélectionner votre langue
Le chateau de Martinvast
Domaine de Beaurepaire
50 690 MARTINVAST

Tel : 02 33 87 20 80

 

    C'est le Comte Alexandre du MONCEL qui entreprit la transformation du jardin à la française en parc à l'anglaise. Il fit planter des bouquets d'arbres artistiquement disposés, tracer des pelouses et de grandes allées sinueuses, mais il conserva les grandes allées rectilignes qui délimitaient les bois. Il améliora le système hydraulique du Domaine en remblayant d'anciens étangs à proximité du Château, et en en créant d'autres plus loin pour alimenter ses moulins.

 


 

 

 
 

    Son successeur le Baron Arthur de SCHICKLER creusa lui aussi un nouvel étang, à l'est du Château, qu'il planta de nénuphars. A proximité, il créa un arboretum, dans ce qu'il est convenu d'appeler "Le Jardin Réservé", de plus de deux cents espèces ou variétés d'arbres pour la plupart des conifères exotiques de Chine, du Japon, du Mexique : Pinus montana, Abies religiosa, Larix griffithsii, Abies microsperma, Cryptomeria japonica, Cupressus funebris, Libocedrus edulensis, Abies hudsonis, Chamaecyparis "Plumosa Variegata", Podocarpus neriifolia, Tsuga, etc... Cette collection rivalisa très vite avec celles des alentours et fut considérée comme une des curiosités horticoles de la région de Cherbourg. C'est lui aussi qui fit aménager l'île bordée de sa balustrade au milieu de la rivière anglaise plantée d'hortensias et de rhododendrons. Il créa enfin des cascades entre le "Grand Étang" et l' "Étang de la Vallée" auxquelles on accède par une haie de chamaerops. Il développa également la mosaïculture autour du Château. En 1879, on comptait 28 000 à 30 000 plantes exotiques pour la plupart assemblées en corbeilles de fleurs ou en plate-bandes, composées de cannas, bégonias, fuschias, etc.... Au milieu des pelouses, se dressaient des araucarias, des Chamaerops excelsa, des Gynerium argenteum.

 


 

 

 

    Enfin, le potager reconstruit par le Comte Alexandre du MONCEL au nord du Château fut l'objet de soins particulièrement attentifs. Quatre hommes et deux femmes y étaient affectés en 1896. Il se composait de deux vastes espaces enclos de hautes murailles. Celui du fond était presque uniquement occupé par des légumes, celui le plus rapproché du Château était planté d'arbres fruitiers, tant en pyramides qu'en cordons, en contre espaliers et en espaliers.

 

 

 

    Près du potager, plusieurs autres jardins, aménagés en chartreuses, étaient consacrés aux plantes à fleurs avec plusieurs serres. Le jardin des Camélias et des azalées renfermait une grande serre chaude adossée à une muraille. Elle abritait des bananiers, des orchidées, des Chamaerops humilis, des dracaena. A l'entrée de la serre, on voyait deux beaux dattiers dactylifera. D'autres serres abritaient des vignes, des Begonias frutescens, des gloxinias, des caledium et des ananas. Un

 

jardin spécial était réservé à la culture des rosiers.

 


 

 

 

    De nombreuses têtes couronnées visitèrent le parc au cours du XIXe siècle, les impératrices Joséphine et Marie-Louise sous le premier Empire, de même que l'impératrice Eugénie, la Reine Victoria et l'Empereur Pedro 1er du Brésil au second Empire.


    Aujourd'hui le parc à l'anglaise a conservé la plupart de ses éléments constitutifs : les grandes prairies en herbages, les bois sur les hauteurs, les étangs et miroirs d'eau traversant le parc d'est en ouest, le "Jardin Réservé" avec ses collections de conifères exotiques abritant des massifs de rhododendrons arborescents, les potagers et jardins fleuris et leurs murs de clôture. L'ensemble, animé par, les chevaux du Haras, les lamas, les cygnes, les oies et les canards conserve un caractère à la fois très anglais et très romantique.

 





©2017-2018 CHATEAU MARTINVAST tous droits réservés

systeme de creation de site internet - voir le simplysitclsystem concepteur de solutions web referencement professionnel